Clinique de l'Union
Clinique le Marquisat

Flotte automobile : Ramsay Générale de Santé passe à l'électrique

Article le

Les progrès technologiques effectués par les constructeurs automobiles dans le domaine de l’électrique ont convaincu le groupe Ramsay Générale de Santé d’intégrer une Renault Zoé et un Peugeot Partner à sa flotte. Un investissement économique et écologique.

Flotte automobile : Ramsay Générale de Santé passe à l'électrique

Il aura fallu patienter cinq ans avant de s’y mettre. Pourquoi ? Parce qu’à l’époque, malgré le confort, la réduction sonore et l’aspect écologique, passer à l’électrique coûtait trop cher, et l’autonomie des véhicules ne dépassait pas 150 km par jour… Sans parler des problèmes de batterie…

Depuis les choses ont évolué, et une petite Renault Zoé a fait son apparition à l’hôpital privé de La Louvière en mai 2018, et un Peugeot Partner électrique à la Clinique de l’Union de Toulouse, rejoignant les 280 véhicules du parc automobile du groupe. “Nous avons refait des études, étudié le rythme de roulage de l’utilisateur, son utilité… Puis nous avons calculé les coûts, et il s’est avéré qu’avec les efforts fournis par les constructeurs et les aides de l’Etat – fiscalité, bonus écologique –, passer à l’électrique devenait enfin possible”, résume Sophie Vieira, responsable Flotte Auto et Travel Manager Groupe.

 

Pierre-Henri Miquel est l’heureux conducteur de la Zoé. “Je n’ai pas équipé mon domicile de borne, il existe suffisamment de points de recharge, dont certains gratuits dans les environs des cliniques (garages Renault, bornes dans les parkings souterrains, dans certains centres commerciaux). Les temps de charge sont acceptables, ce n’est pas une vraie contrainte” a-t-il constaté. Le véhicule est agile, et clairement construit pour une utilisation urbaine. Toutefois, il émet une réserve : “Le modèle économique n’est peut-être pas vraiment plus rentable qu’un véhicule thermique quand sont pris en compte les frais de location de batterie (qui correspondent peu ou prou au montant d’un plein de voiture)”.

 

Eric Nguyen, responsable des services Techniques et Sécurité du pôle de Toulouse a fait le choix d’un utilitaire, un Peugeot Partner. “Devant remplacer un véhicule Peugeot Partner diesel âgé de plus de dix ans, nous avons fait un comparatif sur les marques puis sur les modèles, explique-t-il. En analysant le loyer mensuel entre un Partner diesel et électrique, le coût du carburant et en intégrant la prime de l’Etat ; le surcoût du véhicule électrique est d’une dizaine d’euros par mois sur un bail de 5 ans. L’augmentation du prix du carburant ces derniers temps n’ont fait que conforter notre choix. Le véhicule est utilisé par notre coursier qui, quotidiennement, est en charge des échanges avec la poste, les banques, la caisse de Sécurité sociale et différents fournisseurs. L’autonomie du véhicule est de 130 km, ce qui correspond à notre usage.”

 

Un choix écologique économiquement compatible.

Article précédent

Le métier de médecin spécialiste en MPR, c'est fait pour moi !

Découvrez en vidéo le métier de médecin spécialiste en médecine physique et de réadaptation (MPR).

Article suivant

L’ostéopathie pédiatrique : une nouvelle offre de soin de la Clinique de l’Union

Poursuivant l’instauration d’un service d’excellence pour ses patientes, la Clinique de l’Union de Toulouse mise sur les bienfaits de l’ostéopathie...